Les Affres de la mutilation

Tempérance (Elinaroc), Les Affres de la mutilation, 2018.

Un début in medias res avec Lisa qui ouvre les yeux.

Elle est retenue dans l’angle d’une grande pièce sombre, sans éclairage et très humide à première vue et dans la pénombre. Il s’agit d’une cave à en juger par les tas de cartons qui sont empilés devant elle.

L’endroit est aussitôt assimilé à un “antre de torture […] sordide”, mais “Lisa n’est pas le genre de fille à avoir peur de tout, loin de là” : “[e]lle sait, par expérience à quel point elle peut souffrir sans perdre les moyens”.

En effet, le lecteur apprend vite que Lisa souffre du syndrome de l’automutilation ; elle a pour habitude de s’infliger des blessures et “[e]lle connaît les limites à ne pas dépasser”.

La ponctuation est parfois un peu bizarre, comme dans l’exemple ci-dessus où la virgule marque une pause inutile, ce qui me freine un peu dans ma lecture, mais c’est un détail, tout comme les petites coquilles qui se sont glissées ça et là. Ce qui m’a davantage perturbée, ce sont les remarques du genre “psychologie de tiroir”, comme par exemple dans l’extrait suivant :

Étant donné que c’était psychique, comme l’anorexie ou la boulimie, le refus de reconnaissance de la personne empêchait sa guérison.

J’ai aussi été perturbée par la répétition, au chapitre 3, de l’incipit en italique, transformé cette fois-ci en caractères romains.

Ce qui est intéressant, c’est la lecture à deux vitesses au début du récit ; celle de Lisa, séquestrée et mutilée, et celle de son entourage, persuadé que la jeune fille s’est elle-même infligée ses blessures, jusqu’à la réception d’un coup de fil annonçant que Lisa ne reviendrait plus jamais.

Assez rapidement, on nous dévoile des passages du journal intime de Lisa. Il n’est question que de son beau-père, Allan, ce qui met la puce à l’oreille du lecteur, qui ne se doute cependant pas de la tournure des évènements.

C’est un récit bien ficelé malgré certaines incohérences et j’ai eu plaisir à aller jusqu’au bout de ma lecture, qui s’est améliorée au fil des pages. Je conseillerais cependant à l’auteur de proposer aux lecteurs une version plus aboutie et corrigée pour gagner en crédibilité.

Auteur : Micha

✒️Auteur auto-édité 📖Dévoreuse de livres 💻Doctorante en Lettres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *